Bonjour, je m’appelle Rohy, j’ai 33 ans, je suis née à Madagascar mais ai grandi en France depuis l’âge de 6 ans. Avec mon mari, nous sommes jeunes parents d’une petite fille de moins d’un an.

A quel âge t’es-tu mariée ?

Le 18 août nous célébrerons nos 8 ans de mariage. J’avais 25 ans quand j’ai dit « OUI » à l’église.

En réalité, nous pensions attendre un peu, pour économiser et faire une fête « de rêve de petite fille », à cette époque je ne travaillais pas, tout était un peu compliqué. Puis en discutant on s’est dit : nous avons foi que Dieu pourvoira en tout et nous le rendrons gloire si nous lui obéissons et nous unissons conformément à sa volonté.

Le plus important était de s’unir devant Dieu, même si on avait moins d’invité, même si on n’avait pas tout le décor de rêve ni toutes les personnes qu’on aurait aimées inviter.

En effet, pourquoi attendre et se soumettre à la tentation de la chair encore un an ou deux, et pourquoi s’attacher à tous ces autres aspects qui ne prévalent pas à l’approbation de Dieu au risque de succomber. 

Et oui, Dieu nous a permis de vivre une journée inoubliable, il y a eu des imprévus mais j’ai été dans une joie immense car j’ai vraiment senti ce jour-là, la présence de Dieu et sa bénédiction.

Quand as-tu eu ton premier enfant ?

J’ai eu mon premier enfant le 22 août 2019.

Crédits : Rohi

« Depuis toujours je me voyais mère de plusieurs enfants, c’était mon grand rêve. Nous sommes tous les deux issus de familles nombreuses, nous servions Dieu dans des ministères et l’aimons sincèrement alors pourquoi devions-nous traverser tout cela ? »

Rohi

Vous avez 8 ans pour avoir votre premier enfant ? Raconte-nous un peu ce parcours

Au début de notre mariage, nous voulions profiter pleinement de la vie à deux, le premier appartement ensemble, les voyages, avoir une situation plus stable, outres ces choses-là mais d’un autre côté nous n’étions pas réfractaire à avoir un enfant si Dieu nous en donnait un. 

Après trois ans, je suis tombée enceinte, ce fut une surprise et cela nous a bouleversé mais nous avions commencé à nous projeter.

Malheureusement quelques semaines plus tard, je faisais ma 1ère fausse couche.

Ensuite jusqu’à la naissance de ma fille, nous avons eu à faire face à d’autres pertes.

Ce fut une saison très douloureuse car elle touchait au couple, au corps, à l’émotionnel mais aussi à la foi.

Depuis toujours je me voyais mère de plusieurs enfants, c’était mon grand rêve. Nous sommes tous les deux issus de familles nombreuses, nous servions Dieu dans des ministères et l’aimons sincèrement alors pourquoi devions-nous traverser tout cela ?

Malheureusement, ce genre de sujets restent encore très peu abordé dans nos églises. 

Il a été nécessaire que nous ayons une démarche active et ne pas juste subir, en allant creuser dans la parole de Dieu pour trouver des réponses et de chercher des ressources qui parlent de l’éthique chrétienne.

Par exemple : d’aller discuter avec des couples qui à notre connaissance avaient vécu les mêmes choses que nous.

Bref, il nous aura fallu verser « quelques » larmes, beaucoup de temps de prières ensemble mais aussi des prières de personnes de confiance, des entretiens pastoraux et beaucoup de dialogues et de bienveillance l’un envers l’autre pour tenir bon.

Nous n’avons à ce jour pas encore toutes les réponses mais une chose que l’on a comprise est que : Tout est grâce, Dieu accorde à chacun ses bénédictions, comme il le souhaite.

Nous avons aussi pensé à Dieu qui a dû se séparer de son fils Jésus, de ce que ces a dû lui coûter de le voir mourir à La Croix pour nous sauver. Quand je vois ma fille aujourd’hui et que je m’imagine devoir la perdre dans une mort injuste et horrible, cela me pousse à ne plus douter de l’amour de Dieu pour nous.

Comme avec Job, le Seigneur rappelle qu’il est aux commandes et qu’il est souverain.

A la fin de notre parcours, nous étions arrivés à nous dire que nous nous soumettrons à Dieu quel que soit sa décision concernant notre désir d’enfant car le but de nos vies n’est pas tant d’avoir un bon job, une grande maison, un mari et pleins d’enfants, ces choses-là ne restent pas éternellement.

Si Dieu nous a fait c’est pour le glorifier Dieu et que nous soyons des témoins de son amour quoiqu’il arrive. 

Quel passage de la bible t’as le plus fortifiée durant cette période d’attente ?

Les histoires des femmes de la Bible comme Anne et Sarah : en attendant d’autres femmes concevaient et pas elle mais Dieu ne les a pas oubliés.

« Dieu est notre créateur, père céleste tout est déjà entre ses mains »

Psaumes 139v

« Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; Si elle tarde, attends-la, Car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement. »

Habacuc 2v3

« L’Eternel marchera lui-même devant toi, il sera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point ; ne crains point, et ne t’effraie point. »

Deutéronome 31v8 

« Jésus lui répondit : Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. »

Jean 13v7

 « Jésus lui dit : Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? »

Jean 11v40

Et puis une chanson qui passait dans la voiture un jour et qui nous a fait l’effet d’un message de Dieu :

« C’est ton cœur qu’il veut » du groupe Dévotion

(Je crois que toutes les leçons que nous avions apprises ou presque sont abordées dans cette chanson.)

Comment souhaites- tu éduquer ta fille ?

Pendant ma grossesse j’ai compris que si Dieu nous a confié notre fille c’est qu’il estimait que nous étions les meilleurs parents pour elle, même si je l’avoue au quotidien tout n’est pas toujours rose, mais Dieu a déjà prévu pour elle des bonnes œuvres à pratiquer.

Alors mon souhait est de réussir à la conduire à Dieu. Dans Deutéronome 6 : 6-7 il est dit :

« Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton cœur.Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. »

Sinon j’ai découvert la Pédagogie Montessori et au quotidien j’applique certains principe avec ma fille comme favoriser sa motricité de la manière la plus libre possible (par exemple elle joue beaucoup sur son tapis d’éveil et nous avons limité au minimum le temps passé dans un transat) , tenir compte de son développement ( pour la vue par exemple qui est le sens le moins développé à la naissance, et bien nous avons d’abord proposé des albums d’images noirs sur blanc) etc.

Pourquoi as-tu choisi la pédagogie Montessori ?

On pense souvent aux jouets Montessori ou les chambres Montessori mais en fait il y a tellement plus vaste derrière cela.

Ce que je trouve intéressant et pertinent dans l’approche de Maria Montessori (une des premières médecins femme, chrétienne aussi) c’est que sa pédagogie est axée sur le respect de la personnalité de l’enfant.

L’enfant est un être à part entier et en tant que parent ou éducateur nous devons l’aider à exprimer son individualité, il est doté d’un potentiel et à nous de lui permettre dès les révéler en apprenant à être, à faire seul, dans la bienveillance et le respect de ses rythmes de développement. Si un enfant a acquis de la confiance, a appris à faire de son mieux, dans un environnement pensé, un cadre bienveillant, il part avec de bons bagages en tant que citoyen en devenir.

Personnellement je trouve qu’il y a des principes de cette pédagogie qui rejoignent la vision biblique de l’enfant. En réalité, il y aurait tellement à dire sur les travaux de Maria Montessori : ils datent d’un siècle mais sont encore très pertinents aujourd’hui.

De mon côté, je ne suis pas encore suffisamment formée mais si Dieu le veut, un jour je pourrai peut-être développer sur le sujet et en tant qu’éducatrice Montessori 🙂

Que fais-tu dans la vie ?

Pendant plusieurs années, j’occupais un poste en tant que Chef de projet dans le marketing digital. 

Puis en 2018, par la foi, j’ai quitté mon emploi en CDI pour effectuer une reconversion professionnelle.

Après avoir prié longuement, j’ai su qu’il était temps de passer à autre chose et je me suis inscrite dans une formation pour devenir professeure des écoles.

Sauf que peu après Dieu a changé mes plans : j’attendais mon premier enfant et il a fallu que je repousse à plus tard ces projets afin de préserver ma santé.

Cette période de grossesse m’a permis de m’investir davantage en tant que monitrice d’école du dimanche dans mon église, de faire du soutien scolaire auprès d’enfants de ma ville et de m’intéresser plus aux problématiques liées à la parentalité et en particulier à faire une courte formation en ligne sur la pédagogie Montessori.

Aujourd’hui en accord avec mon mari, j’ai choisi d’être maman à temps plein (pendant le plus jeune âge de ma fille).

Comment es-tu venue à Christ ?

J’ai évolué dans une famille dite chrétienne, mais en tant qu’immigrés dans les années 1990, mes parents ont été gagnés par les soucis du quotidien et la transmission de la foi a été mis en second plan.

Toutefois c’est grâce à eux que j’ai entendu parler de Dieu, ils m’ont amené à l’église mais on ne peut pas dire que j’étais réellement convertie.

C’est vers l’âge de 20 ans que j’ai eu soif d’en apprendre plus sur ce Dieu : peut-être qu’il pouvait répondre aux questions que je me posais sur le sens de ma vie.

Le Pasteur de mon église m’encourageait à lire ma Bible et je me souviens d’un après-midi dans ma chambre étudiante où j’ai eu une vraie prise de conscience.

Dieu était toujours là même si je ne le connaissais pas, je revenais de loin mais il m’a pardonné et a fait de moi une nouvelle personne. Je ne le méritais pas mais c’est Jésus qui a tout accompli par sa mort et sa résurrection. Le passage dans Esaïe 55 : 6-7 illustre bien le point de départ de ma nouvelle vie :

 « Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve ; invoquez-le tandis qu’il est prêt. Que le méchant abandonne sa voie, Et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourné à l’Éternel qui aura pitié de lui, A notre Dieu qui ne se lasse pas de pardonner. »

Esaïe 55 : 6-7

Où pouvons-nous te contacter ?

Pour le moment on peut me retrouver sur mon compte.

Où je partage un peu de mon quotidien ordinaire où un Dieu extraordinaire œuvre (c’est en discutant avec la créatrice du blog que je me suis rendue compte de cela).

View this post on Instagram

Mon bébé arc-en-ciel : la lumière, la douceur, le miracle après une saison de tempêtes. La grossesse après la perte. L’image de l’arc-en-ciel me parle de l’alliance avec le créateur, d’un espoir, d’une promesse, de la Grâce de Dieu. Si je m’ouvre un peu plus sur ce sujet c’est qu’évidemment il est plus facile aujourd’hui de le faire sans une pointe de tristesse puisque je suis passée de l’autre côté. Je sais à quel point on peut être sincèrement heureux d’apprendre une nouvelle grossesse tout en retenant ses larmes car « et nous alors ? » Pendant un temps j’ai hésité à poster à propos de grossesse et de bébés car déjà j’avais peur avant d’avoir ma fille entre les bras… mais aussi car je sais que ça peut faire de la peine de voir tous ses posts avec des ventres ronds et de bébés joufflus. Puis j’ai changé d’avis. Il y a quelques jours, j’ai réussi à partagé devant un bon nombre de personnes cette histoire qui est à la fois si personnelle mais aussi celle de beaucoup d’entres nous. Il existe des non dits, des « tabous » dans nos sociétés, dans les familles, les églises … comme s’il fallait en plus de gérer la douleur sous toutes ses formes, culpabiliser, avoir honte, oublier et vite passer à autre chose. Pourtant chaque épreuve est formatrice. Chacun a son histoire et son parcours. Alors aujourd’hui j’ai choisi de ne pas garder que pour moi ce message, et raconter ce que Dieu a fait dans ma vie à travers tous les doutes, les larmes, l’attente, le renoncement, l’espoir la joie ! Une fois de plus, peut-être que tu ne partages pas les mêmes croyances que moi mais j’ai envie de te dire : tout ne se passera pas toujours comme prévu mais à la fin la tempête cesse, il y a la grâce et un renouveau. Si ça te dit de partager aussi ton histoire n’hésite pas à commenter ou m’écrire en mp. Sinon si tu as aimé le témoignage tu peux mettre un 🌈 « Jésus lui répondit : « Tu ne saisis pas maintenant ce que je fais, mais tu comprendras plus tard. » » Jean 13:7 « Jésus lui dit : Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » (Jean 11:40) #rainbowbaby #bebearcenciel #byhisgrace #mynameismama #femmesdevaleur #jeunemaman #godisgood #blessed #instamaman

A post shared by rohouiii (@rohouiii) on

Sinon je serai ravie aussi d’échanger avec les lectrices par email à rohy.andria@gmail.com.

(Merci Audrey pour ta confiance)


Comments

    No comments found!

    Leave a Comment

    Your email address will not be published.

    Login Registration
    Remember me
    Lost your Password?
    Login Registration
    Registration confirmation will be emailed to you.
    Password Reset Registration
    Login
    error: Content is protected !!